faits divers montataire faits d’hier

faits divers montataire faits d'hier

faits divers montataire faits d’hier

1911/01/19

La Manifestation de Montataire. Une nouvelle manifestation contre l’augmentation du prix du lait a eu lieu dimanche dernier à Montataire. Environ cinq cents personnes se groupèrent) vers quatre heures,- place de la Mairie, tandis que deux ouvriers, les camarades Dubois .et Deinurest haranguaient la foule du haut du perron de l’Hôtel de Ville. En colonne.serrée, les manifestants parcoururent les rues de Montataire et de Thiverny, en chantant la complainte La Cherté des vivres, dont la versification n’est pas un modèle du genre, mais qui dénote le mécontentement, la colère bien légitimes des consommateurs, constatant que les impôts ne sont pais seuls à augmenter. Tout, malheureusement, ne se borna pas à. des chansons ;rue des Ecoles, on ne sait au juste pour quelle cause, une bagarre éclata entre les manifestants et quelques membres de la famille du laitier Godard. L’enquête découvrira certainement à qui revient la responsabilité de celte petite échauffourée au cours de laquelle plusieurs vitres furent brisées, et deux personnes, MM. Germain et lesseaume-Godard légèrement blessées par des briques. Mr le Commissaire de police de Montataire étant intervenu sur ces entrefaites, tout rentra dans le calme.

1912/04/28

-Violent ouvrier  Le 3 avril, lors de la reprise du travail de nuit, l’ouvrier Richard Depoortère, mécontent de ce que son chef d’équipe Schouppe, lui avait la nuit précédente pointé des heures de travail en moins, le lui a reproché et s’est laissé aller à le frapper à coups de poing. Depoortère est condamné en 16 fr. d’amende

1912/05/02

-Accident. Adolphe Veckman, travaillant aux forges, au service de la petite tôle, a été blessé au médius gauche par une barre à guides qu’il démontait du laminoir, il en est résulté une plaie contuse qui entraînera un repos d une quinzaine de jours.
-Violences. — L’ouvrier d’usine Jouret qui, dimanche dans un café de Montataire a frappé M. Ballon, marchand de chevaux, après lui avoir cherché une discussion sous prétexte que le commerçant aurait lui même frappé son frère, sera poursuivi pour violences.
-Divers. — La femme Marie Haustrate, qui s’adonne â l’ivrognerie et qui était venue échouer, dimanche, rue delà République, dans une tenue plus que débraillée, a été conduite au violon et gratifiée d’une contravention. Marcel Barbaux sera poursuivi pour avoir circulé dimanche soir, à onze heures, route de Saint-Leu, avec une bicyclette non éclairée.

1912/05/09

-Rixe. — A la suite d’une rixe survenue dimanche soir, rue Voltaire, entre plusieurs ouvriers d’usine qui se querellaient, l’un deux a été frappé d’un coup de couteau au bras, une enquête est ouverte.

1912/05/16

-A coups de couteaux— Au débit Fasquelle, le 21 avril, vers 11 heures du soir, une discussion éclata entre Alphonse Baheux et Henri Tribala, dit « la Guiche », dans la cour la dispute continue et Delaire Ernest* beau-frère de Baheux, voulant s’interposer. reçoit de Tribalat, nu violent coup à la tèie, lui occasionnant une assez grave blessure. Tribalat prétend qu’il a blessé Delaïre en lui tançant une pierre, mais le médecin déclare que l’inculpé s’est servi d’un couteau. Tribalat récolte 15 jours de prison.

1912/05/19

-Accident. — Eugène Willemaire, manceuvre, au service de l’aciérie des Forges a reçu, en chargeant un wagonnet, un morceau de fonte qui lui a fait une plaie – contusion au pied gauche.
-Emile Sarcelle, aide-cisailleur aux mê­mes établissements a, en aidant à cisailler une tôle, été atteint a la jambe gauche par une clef servant à porter la dite tôle.
-Arrestation. — Le manouvrier Siméon Bollé a été arrêté et écroué à Senls pour y subir une peine d’emprisonnement prononcée contre lui par le tribunal de simple police de Creil, pour ivresse.

1912/06/30

-Mortel accident. — Le charretier Gustave Blin, 27 ans, au service des Forges de Montataire a été samedi dernier victime d’un accident mortel dans des circonstances suivantes : Blin était en train de charrier des scories de long des voies de raccordement reliant l’usine au port de l’Oise lorsque voulant éviter une rame de wagonnets chargés de lingots, il se rejeta avec son attelage sur l’autre voie, n’ayant pas aperçu une machine haut le pied qui venait en sens inverse et qui accrochant le tombereau coupa une patte du cheval pendant que le malheureux était projeté sous la machine qui lui broyait la poitrine. Relevé mourant le malheureux charretier expirait peu après. Le cheval blessé dût être immé­diatement abattu.

1912/06/16

-Attention à l’éclairage Rue de la République, Paul Levieile, 21 ans, ouvrier d’usine, circule à 9 h’ 13 du soir, sur une bicyclette non éclairée les gendarmes lui dressent contravention.

1912/06/20

-Avis aux débitants. — Pour avoir laissé son établissement ouvert après l’heure, Mme Pauffert tenant le café des Madeleines, rue Lescour a été l’objet d’une contravention ainsi que les consommateurs Cabah et Lambreteau qui se trouvaient chez elle.

1912/08/01 Entolage.

— L’ouvrier des forges’ K .., âgé de 36 ans, a fait jeudi dernier, place de la Mairie, la conquête d’une belle inconnue qu’il eût le tort d’emmener chez lui, car l’ayant laissée à son domicile pour reprendre son travail, il eut au retour le désagrément de trouver la cage vide et la désagréable surprise de constater que ses économies une soixantaine de francs et une chaine de montre avaient filé avec ‘inconstante. Malgré la peur du ridicule, K-.., a porté plainte et sa passagère Amie est activement recherchée.

1912/08/15 Pompes funèbres.

— Transport des corps décidés au moyen du corbillard communal.
Le jeudi 22 août 1912, à quatre heures et demie de relevée, en l’une des salles de la mairie de Montataire, il sera procédé à l’adjudication au plus offrant et dernier enchérisseur, de l’entreprise du service du transport des corps des personnes décédées, par un corbillard appartenant à la ville. L’entreprise aura lieu pour 3, 6 ou 9 années, à partir du l  » septembre 1912. L’entrepreneur devra fournir le cheval nécessaires ces transports dont le prix unique est de 8 francs. Un cautionnement sera exigé de l’adjudicataire. Le règlement et le cahier des charges et conditions sont déposés à la mairie où chacun peut en prendre connaissance.

Faits divers montataire faits d’hier

Tout Mandelieu-la Napoule

Tout Mandelieu-la Napoule